Concours Centrale Supélec

Le Concours Centrale – Supélec donne accès à 10 Grandes Écoles d’ingénieur :

Comme pour tous les concours communs des Grandes Ecoles d’ingénieur, il existe en fait 4 Concours Centrale en maths spé : MP, PC, PSI et PT. Ils donnent tous accès à 10 écoles :

  • les 6 Ecoles du « Groupe centrale » que sont CentraleSupélec (parcours « Supélec » ou « Centralien »), Centrale Lyon, Centrale Nantes, Centrale Lille, Centrale Marseille et Centrale Casablanca
  • l’Ensea ParisTech
  • l’Ecole navale
  • l’Institut d’optique graduate School (« Supoptique »)

D’autres écoles recrutent sur le Concours Centrale Supélec :

Le Concours Centrale Supélec en pratique

logo concours centrale supélec

Contrairement au Concours CCP et au Concours Mines-Ponts, et bien que le Concours Centrale Supélec soit une banque d’épreuves pour de nombreuses écoles, les candidats doivent s’inscrire école par école au concours Centrale-Supélec. Les frais d’inscription sont de 95 € par école, sauf pour l’école navale où ils sont offerts. L’inscription doit être faite via le site du concours commun.

Centrale – Supélec : un peu d’histoire…

D’où provient le nom Centrale-Supélec ?

Il faut savoir qu’à sa création à Paris en 1829, l’École centrale Paris s’appelait en fait l’École centrale des arts et manufactures. Il s’agissait de former des ingénieurs généralistes, ce qui est toujours une mission de l’Ecole aujourd’hui. C’est l’Ecole centrale qui délivra le premier diplôme d’ingénieur en France en 1862. En 1969, l’Ecole Centrale s’installe à Châtenay-Malabry.

Supélec est le nom de l’association qui a pris la suite, en 1987, de l’Ecole supérieure d’électricité : une école fondée également à Paris, en 1894, pour former des ingénieurs en électricité. Après avoir déménagé à Malakoff en 1927, l’Ecole s’est installée sur le campus de Gif-sur-Yvette, sur le plateau de Saclay, en 1975, et ouvre de nouveaux campus à Metz et à Rennes.

C’est à partir de 2006 que les deux Grandes Ecoles d’ingénieur se sont rapprochées pour donner finalement naissance en décembre 2014 à l’École CentraleSupélec. Un peu de patience toutefois : la première promotion à obtenir le diplôme CentraleSupélec sera celle du concours 2017. Le Concours commun, quant à lui, existe depuis 1959 et vous permettra de concourir à ces écoles à la fois prestigieuses et sélectives.

Réussir les écrits du Concours Centrale Supélec

Pour réussir les épreuves écrites du Concours Centrale Supélec, il faut évidemment une bonne connaissance du cours et des méthodes classiques mais aussi un entraînement régulier sur des sujets relativement difficiles. Les sujets ne sont pas aussi théoriques / abstraits que ceux du concours Mines-Ponts, mais ils présentent tout de même deux particularités. Premièrement, ils sont relativement difficiles : beaucoup plus difficiles par exemple que ceux des Concours CCP ou e3A. Et surtout, vous le verrez en consultant les annales, les épreuves sont particulièrement longues. Pour réussir ces épreuves il faut donc faire preuve à la fois de rapidité, de rigueur, et bien sûr de méthode.

Durant les Stages intensifs d’Optimal Sup Spé, il est fréquent que nous abordions plusieurs sujets type « Centrale-Supélec » et « Mines-Ponts », dans les groupes de niveau adaptés. Nous résolvons ainsi une annale par jour, de façon interactive et pédagogique, pour vous permettre de progresser.

S’entraîner aux Oraux du Concours Centrale Supélec

Optimal Sup Spé a créé, en accès libre, une page sur laquelle vous pourrez retrouver des ressources pédagogiques pour vous préparer aux Oraux du Concours Centrale Supélec : rapports de jury, exercices d’oraux récents en particulier.

Site officiel du Concours Centrale

Service du concours Centrale-Supélec
École Centrale Paris
92295 Châtenay-Malabry Cedex
01 41 13 11 31
http://www.concours-centrale-supelec.fr